Alou Tine tire sur la sonnette d’alarme : « Le Mali et la sous-région vont au-devant d’un danger…»

0
160

L’expert indépendant sur la situation des droits de l’homme au Mali, Alioune Tine a alerté, le lundi 22 mars dernier, le Conseil des droits de l’homme des Nations- Unies sur les violences perpétrés par les groupes extrémistes violents. Dans son rapport, Alou Tine  prévient : « Le Mali et toute la sous-région vont au-devant d’un danger qu’ils n’ont jamais connu ».

L’expert des Nations-Unis fait le constat suivant : Dans les régions du nord, la situation est marquée par l’activité des groupes extrémistes violents, notamment le Groupe de soutien à l’islam et aux musulmans et l’État islamique du Grand Sahara, a indiqué l’expert lors de la présentation de son rapport au Conseil des droits de l’homme.

« Ces groupes se sont attaqués aux populations civiles, aux travailleurs humanitaires ainsi qu’aux forces de défense et de sécurité maliennes. Ils ont également extorqué des biens aux populations, par le biais du prélèvement forcé dit de la zakat », précise  A Tine.

Au  Centre les groupes extrémistes violents ont attaqué la population civile dans plusieurs villages, selon M. Tine. Ils ont également imposé des blocus sur certains villages, ce qui n’a fait qu’aggraver les conditions de vie des populations.

Par ailleurs, toujours selon le rapport présenté par l’Expert indépendant, les groupes extrémistes violents ont continué à étendre leurs activités dans les régions de Kayes, Koulikoro et Sikasso, a poursuivi l’expert. Cette extension fait craindre un risque d’escalade des attaques contre les civils dans des régions jusqu’ici relativement épargnées et vers les pays limitrophes, a-t-il ajouté.

Tine a réitéré, comme il l’avait déjà indiqué dans son précédent rapport, que le Mali et toute la sous-région vont au-devant d’un danger qu’ils n’ont jamais connu. Il a néanmoins salué diverses initiatives qui ont été prises par les autorités maliennes et leurs partenaires pour améliorer la protection des civils, notamment les initiatives de réconciliation, dont certaines auraient abouti à des accords de paix entre des communautés autrefois en conflit.

Alou TinePlus de 1.900 violations des droits de l’homme en 2020 ayant entraîné la mort de près de 2000 personnes

L’Expert indépendant s’est dit profondément préoccupé par la détérioration continue de la situation des droits de l’homme en général au Mali. À titre d’exemple, il a fait observer qu’en 2020, la Division des droits de l’homme et de la protection de la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation au Mali (MINUSMA) avait documenté 1.910 violations des droits de l’homme ayant entraîné la mort de 973 personnes, soit une augmentation de 48,86% par rapport à 2019.

Plus récemment, au moins 19 civils (tous des hommes) auraient été tués et plusieurs autres blessés lorsqu’une frappe aérienne, le 3 janvier 2021, a touché un mariage dans le village de Bounti, au centre du Mali. Au regard de la gravité des allégations, une enquête s’impose, indique M. Tine.

L’Expert indépendant ajoute avoir aussi été informé d’une récurrence préoccupante des cas de violence contre les femmes : au moins 1.090 cas de viol collectif ont été rapportés dans les régions de Mopti, de Gao et de Tombouctou depuis le début de l’année 2020, a-t-il précisé. D’autre part, au moins 1.261 écoles restent fermées en raison de l’insécurité, principalement dans le centre et le nord. L’avenir des enfants du Mali et du pays tout entier est en train d’être hypothéqué, s’est inquiété M. Tine.

Enfin, l’Expert indépendant a regretté qu’aucun progrès significatif n’ait été observé dans les poursuites judiciaires des auteurs présumés des graves violations des droits de l’homme commises au cours des deux dernières années dans le cadre des violences intercommunautaires dans la région de Mopti, ni s’agissant de violations attribuées aux forces de défense et de sécurité maliennes, impunies à ce jour.

Le renforcement de la sécurité parmi les priorités du gouvernement malien

Le Mali a été secoué par une crise sociopolitique qui a culminé en un coup d’Etat, le 18 août 2020, ayant ouvert la voie à une transition politique. Le pays, qui rencontre de réelles difficultés en lien avec sa situation sécuritaire et le contexte de lutte contre le terrorisme, demeure malgré tout déterminé à respecter et à faire respecter les droits de l’homme sur l’ensemble de son territoire, a déclaré la délégation malienne au Conseil des droits de l’homme. Bamako sollicite, pour cela, un accompagnement accru et une écoute plus attentive de la communauté internationale.

La délégation malienne a ensuite souligné que le renforcement de la sécurité sur l’ensemble du territoire national figurait parmi les priorités du gouvernement malien. Elle a estimé que la tenue à Kidal, le 11 février 2021, de la cinquième réunion de haut niveau du Comité de suivi de l’Accord d’Alger (CSA), était une étape importante, et a fait valoir la participation accrue des femmes aux travaux dudit Comité.

S’agissant de la situation dans les régions du centre du Mali, le gouvernement malien multiplie les initiatives visant à favoriser un dialogue direct entre les différentes communautés, tout en renforçant la sécurité et la protection des civils et de leurs biens, a poursuivi la délégation. La mise en place des Comités communaux de réconciliation procède de cette volonté, a-t-elle indiqué.

Les progrès enregistrés par la Commission vérité, justice et réconciliation – avec l’audition de plus de 19 800 témoignages de victimes ainsi que la tenue de deux audiences publiques – sont encourageants, a par ailleurs affirmé la délégation. La coopération avec la Cour pénale internationale (CPI) a permis l’ouverture, le 14 juillet 2020, d’un nouveau procès contre un deuxième individu pour crimes de guerre et crimes contre l’humanité, a-t-elle ajouté.

Les juridictions nationales compétentes jouent aussi leur partition dans le domaine de la lutte contre l’impunité, a en outre expliqué la délégation. Ainsi, dans l’affaire dite de Koulogon-peulh relative au massacre de 37 civils en janvier 2019, onze personnes ont été jugées courant 2020 par la Cour d’assises de Mopti pour assassinat et diverses autres infractions pénales, a indiqué la délégation malienne.

Accompagner le Mali dans sa transition et l’aider à renforcer ses institutions judiciaires

Il est vital que le Mali soit accompagnée dans sa transition, a souligné M. Tine. Il doit y avoir un lien entre la stratégie sécuritaire, la stratégie de protection des civils et celle qui veille au développement humain de la population, a-t-il insisté.

Il faut aider l’État malien à renforcer les institutions judiciaires, qui restent faibles aujourd’hui, a poursuivi l’Expert indépendant ; sans ce renforcement, il est impossible de lutter contre l’impunité, a-t-il rappelé.

Le Mali est aujourd’hui l’épicentre d’une menace qui est en train de se répandre vers les pays du Golfe de Guinée, a d’autre part fait observer M. Tine. Si des mesures fortes de soutien au Mali ne sont pas apportées par la communauté internationale, c’est toute la région qui est menacée, a-t-il prévenu.

Les fermetures d’écoles exposent de plus en plus les enfants à la menace terroriste, a d’autre part souligné l’Expert indépendant. Les enfants doivent continuer à recevoir l’éducation nécessaire pour éviter le pire, a-t-il insisté. Il a par ailleurs dénoncé les violences qui se perpétuent à l’encontre des femmes au Mali, ajoutant qu’un travail doit être fait dans ce domaine du côté des autorités politiques et religieuses, en coopération avec la société civile.

Mémé Sanogo

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here